C’est beaucoup connu, des celebrites paraissent des personnes comme des autres : elles aussi cherchent l’amour i  propos des applis de rencontre.

C’est beaucoup connu, des celebrites paraissent des personnes comme des autres : elles aussi cherchent l’amour i  propos des applis de rencontre.

Comme Ben Affleck : en fevrier 2020, une animatrice de television americaine, Patti Stanger, elle-meme fondatrice d’un site de rencontres Afin de millionnaires, declarait qu’elle avait surpris l’acteur «un million de fois» sur Raya, une application reservee aux beaux, riches et puissants.

Le 3 mai 2021, une influenceuse connue sous le nom de Nivine Jay racontait dans TikTok une savoureuse anecdote datant de 2018 : «Je repense a une telle fois ou j’ai matche avec Ben Affleck sur Raya, pense que c’etait votre fake, refuse le match et qu’il a envoye une video sur Instagram.» Preuve a l’appui, avec une rapide sequence montrant l’acteur, face camera, plaidant pour sa cause : «Nivine, pourquoi m’as tu dematche? C’est moi.» Un document votre brin embarrassant pour Ben Affleck dont on ne sait s’il se promene encore sur les applications de rencontre. Surtout depuis que des rumeurs le veulent reellement proche de l’une des ex, Jennifer Lopez.

Voir le clip envoyee par Ben Affleck a une influenceuse

Brad Pitt sur Tinder?

Hiver 2020 : de Jennifer Garner a Miley Cyrus passant via Pierre Niney, elles ont l’ensemble de participe au «Dolly Parton Challenge», votre defi viral et bon enfant consistant a publier (surtout Afin de rire, la majorite dit en couple) une mosaique de ses photos de profil Instagram, LinkedIn, Facebook et Tinder. Notre 19 janvier, c’est aussi l’ultime objet du desir, le Saint Graal du «match», le celibataire le plus convoite du monde qui ouvrait le champ des possibles. Sacre meilleur acteur aux Sag Awards pour le role dans Once upon a time… In Hollywood, Brad Pitt monte sur scene et lache une bombe : «Bon, je peux ajouter ca a mon profil Tinder.» Hilarite dans la salle, sourire emu de Jennifer Aniston, syncopes chez des fans. Deja scrutee de l’ensemble de parts, le quotidien amoureuse de l’acteur prend 1 nouveau tournant : elle semble desormais accessible. Un fantasme a portee de clic qui ne est que de courte duree. Interroge cinq jours plus tard au Festival international de la video de Santa Barbara, la star eclate de rire : «Non, je ne suis jamais sur Tinder. Je ne sais meme pas comment ca marche. J’ai juste degote ca drole.» Nous aussi, Brad, nous aussi.

En video, la blague de Brad Pitt a Notre soiree Plusieurs Sag Awards

Plusieurs profils certifies authentiques

Mais blague a part, quelles sont les chances de parcourir les stars en swipant a droite ? Comme sur Instagram, les profils de personnalites presentes sur Tinder paraissent «certifies» authentiques par une pastille bleue. Impossible de savoir lesquelles seront inscrites : la marque ne communique jamais a votre sujet. Neanmoins, cette dernii?re a instaure une telle fonctionnalite en 2015 pour eviter nos faux profils. Et Afin de epargner aux celebrites la mesaventure survenue a Sharon Stone. Inscrite sur l’application Bumble, l’actrice de 61 annees s’etait fera supprimer le profil le 30 decembre, apres que des abonnes aient crie au fake. «Je suis allee sur Bumble et ils ont ferme mon compte. Des utilisateurs ont rapporte que cela ne pouvait gui?re etre moi. Hey, Bumble, (…) ne me laisse nullement a la porte une ruche». Message recu, le jour meme, la star de Basic Instinct voyait le profil retabli.

Une application special VIP

Reste qu’ils paraissent rares (ou remarquablement discrets) a avoir rencontre une star dans Happn ou Tinder. Et pour cause : tel dans la «vraie» vie, les celebrites beneficient la aussi d’un carre VIP. Ainsi que votre appli du nom de Raya, co-fondee en 2015 via Jesse Johnson, fils de Don et demi-frere de Dakota. Ses criteres d’admission sont a l’image du plus infranchissable des cordons de securite. Un coup la demande posee, celle-ci est soumise a un algorithme et a un mysterieux comite compose de 500 individus. Pour etre accepte, il faut exercer un emploi «creatif», soigner ses reseaux (sociaux) et posseder ce «petit quelque chose qui plus est» qui caracterise «les scientifiques une NASA, les chercheurs en cancerologie, les poetes, les peintres…», comme il va i?tre precise sur le site de Raya. Sont definitivement proscrits : nos mineurs, nos comportements deplaces, et «les demonstrations excessives de richesse» : «Que vous ayez peu ou nombre d’argent importe minimum sur Raya. Cela compte, c’est plutot la facon dont vous passez votre temps, dont vous vous entourez, dont vous vous impliquez et renforcez notre communaute», est-il inscrit sur la page d’accueil.

Seules 8% des demandes d’inscriptions seraient acceptees. Cara Delevingne, Harry Styles, Channing Tatum et Joe Jonas y seraient passes.

Un coup de pub ?

Aussi, si elles restent entre elles, pourquoi nos stars veulent-elles autant faire croire qu’elles paraissent accessibles ? Mes c?urs de pierre y verront de basses motivations commerciales. Dans le propos, Brad Pitt aurait-il cite Tinder a des fins publicitaires ? Non, d’apres Olivier Bouthillier, dirigeant et fondateur de l’agence Marques & Films, specialisee dans le placement de produits (cet art subtil qui consiste a glisser 1 logo dans un film, ou une serie) : «Tinder fera partie de ces marques si importantes qu’elles n’ont plus besoin de payer pour que l’on cause d’elles. Quant a Brad Pitt, il ne fait une publicite qu’en dehors des Etats-Unis.» Notre punchline de l’acteur a bien ainsi fait mouche : «Elle fonctionne parce que tout le monde connait sa life amoureuse, des enjeux qu’elle implique, ainsi, sait votre qu’est Tinder. Le clin d’?il se fait tres naturellement : s’il avait cite une application minimum connue, la blague n’aurait gui?re marche.»

Mes stars se rendent accessibles, bien en demeurant introuvables

On ne sait si le nombre d’inscriptions sur Tinder est monte en fleche apres le propos de Brad Pitt : l’application n’a communique aucun chiffre. Reste que l’operation profite a n’importe qui. Notre marque gagne en respectabilite et les stars en modernite : «Les sites et applications de rencontre ont eu des debuts sulfureux, analyse Pascal Lardellier, sociologue et auteur de Mes reseaux du c?ur : sexe, amour et seduction dans Internet (ed. Francois Bourin, 2012). Aujourd’hui, ils sont devenus mainstream. On va pouvoir meme s’enorgueillir d’y etre inscrit. Cela signifie qu’on est dans l’air du temps, hyperconnecte, que l’on a une vie sentimentale et sexuelle differente de celle des couples traditionnels, bien etablie.» En remettant au gout du jour votre accessoire indispensable a l’aura hollywoodienne : le mystere. «En affirmant qu’elles paraissent concernant Tinder, les stars se rendent accessibles, bien en restant introuvables, analyse Pascal Lardellier. Et deviennent d’autant plus desirables.»

Le reve. et la reproduction des logiques sociales

Mais inutile de rever : i  propos des appli de rencontres, on a plus de chances de matcher avec son coloc’ de palier qu’avec une celebrite. «Ou, du reste, concernant des gens comme nous, precise Pascal Lardellier. Mes sites et les appli de rencontres reproduisent nos logiques sociales anterieures.» Un scenario a la Coup de foudre a Notting Hill, dans lequel un simple libraire (a toutes les yeux bleus de Hugh Grant, tout de meme) vivait une histoire d’amour avec une star hollywoodienne, reste hautement improbable. «L’ideologie romantique demeure tres propose a notre epoque, confirme Pascal Lardellier. Mais le conte de fees n’existe i  chaque fois pas. Notre prince n’epouse que tres rarement la bergere.» Et encore moins apres un simple match dans Tinder.

Leave a Comment

Your email address will not be published.